Découvrez notre nouvelle brochure camps d’été 2019

Vous l’attendiez tous! Voici notre nouvelle brochure des camps d’été 2019 à Megève, en Haute-Savoie dans les Alpes françaises.

Les Nouveautés des camps d’été 2019:

  • L’âge:

– Cette année, dans nos camps d’été 2019, la grande nouveauté, nous allons accueillir vos enfants à partir de 6 ans. En effet, notre équipe de professionnel est parfaitement capable de gérer les enfants dès leur plus jeune âge. Après une forte demande des parents, nous avons donc décidé de prendre vos enfants dans nos camps d’été dès 6 ans avec un programme linguistique et sportif adapté à leur âge.

  • Les Programmes

Nous proposons 3 programmes des camps d’été:

. Le Programme Fun pour les 6 – 9 ans

. Le Programme Adrénaline pour les 10 – 13 ans

. Le Programme Mont-Blanc pour les 14 – 17 ans

  • Les activités

Nous proposons cet été une nuit en refuge pour les plus grands et une nuit d’observation des étoiles mais également une multitude d’activité qui raviront petits et grands.

Nous organiserons également une journée internationale ou chaque enfant pourra représenter son pays et nous faire découvrir sa culture.

  • Les Options

Les enfants peuvent également choisir une option sportive supplémentaire qui se déroule sous forme de stage sur 1 semaine chaque fin d’après-midi. Cette année ils auront la chance de suivre un stage de danse (Nouveauté), un stage d’escalade, un stage de golf ou un stage de Tennis.

Nous essayons de nous renouveler chaque année pour mieux satisfaire vos enfants, pour leur faire découvrir des nouvelles activités, pour leur procurer des sensations inédites et pour leur créer des souvenirs inoubliables. Nous dénichons les dernières tendances pour que les enfants qui reviennent chaque année chez nous ait toujours des nouvelles surprises.

  • Les Programmes linguistiques

A la fin de leur session, les enfants passeront une évaluation linguistique basée sur le Cadre Européen Commun des Références des Langues. ce qui vous permettra d’avoir une nouvelle vision du niveau de langues de votre enfant.

La Brochure

La brochure des camps d’été 2019 vous présentera nos différents programme avec chaque activités proposées pour chaque catégorie d’âge. Chaque activité est supervisée par un professionnel diplômé.

Dans chaque programme, vos enfants auront la chance de découvrir une activité nautique, une activité de montagne, une activité culturelle et une activité artistique.

Les enfants séjourneront et dîneront à l’hôtel Le Coin du Feu comme les années précédentes et déjeuneront au restaurant Le Cintra dans le centre ville de Megève.

Télécharger notre nouvelle brochure:

 

N’oubliez pas que pour toute inscription avant le 31 décembre 2018, vous avez 10% de réduction sur le prix du séjour.

Pourquoi choisir un camp certifié?

Parce que c’est eux les experts en vacances d’enfants!

Depuis plus de 50 ans, les camps certifiés sont LA référence pour offrir le meilleur de l’été à votre famille. Camps de jour, camps de vacances et camps familiaux, il y en a pour tous les goûts!

En tant que membres de National Camp Association, ce sont des camps qui ont fait leurs preuves, avec des équipes solides et professionnelles, des ratios d’encadrement rigoureux, un environnement sécuritaire et une programmation variée. Ils sont même visités régulièrement par des consultants, qui s’assurent qu’une soixantaine de normes de qualité et de sécurité soient respectées. La crème de la crème, quoi!

summer camp megeve
© Cindy Boyce

Plus qu’un service pour les parents qui travaillent, les camps sont des petits univers en soi, où tout est pensé en fonction des besoins des enfants pour qu’ils rient, bougent, et vivent des moments mémorables. Piquer l’imagination et faire éclore des passions. Se faire de nouveaux amis. Essayer de nouvelles activités. Apprendre et relever des défis.

summer camp megeve
© Cindy Boyce

 

Non seulement vos enfants seront entre bonnes mains au camp, mais ils reviendront à la maison les yeux pleins d’étoiles, les poches pleines de trésors et des souvenirs plein la tête. Les bienfaits de camps sont même prouvés scientifiquement! Après un séjour au camp…

 

  • 65 % des enfants ont de meilleures aptitudes sociales
  • 52% des campeurs se soucient plus de l’environnement
  • 61% des jeunes voient plus positivement l’activité physique
  • 69% des enfants développent une plus grande intelligence émotionnelle
  • Et 67% des campeurs ressentent une augmentation de leur autonomie et de leur confiance en soi!

Le plus beau dans tout ça? Cet effet est observable chez les garçons comme chez les filles de tous âges, qu’ils vivent leur premier séjour en camp ou leur 15e!

Chalets dans une forêt avec des enfants réunis sur le terrain avant.
© Cindy Boyce

Au camp, on fait plus que jouer : on grandit. Qui sait jusqu’où ça pourrait les mener?

Ça vous intéresse? Pour choisir votre camp, c’est par ici!

Texte tiré de Association des Camps du Québec

Logo de l'Association des camps du Québec

[1] Source : Glover, T. et al., (2011), Canadian Summer Camp Research Project

Les séjours linguistiques en 5 questions !

Forcément, jeunes et parents ont de nombreuses questions quant à l’organisation et au déroulement d’un séjour linguistique. Voici des réponses aux principales questions que vous vous posez sûrement !
Par Hélène Dorey

Si pour certains professeurs avant 14 ans la pratique de la langue n’est pas assez poussée, pour d’autres professionnels un séjour peut s’envisager plus tôt tout en étant efficace. Selon Tina Munnings, responsable International Language Camps, «  il est tout à possible de partir dès 7 ans. Le plus rassurant pour l’enfant comme les parents étant de partir à deux, en résidence, ce qui évite par exemple de devoir prendre les transports. »

Quelque soit l’âge la destination et surtout le choix de la formule doivent être décidés d’un commun accord, car vivre loin de sa famille n’est pas toujours simple, même pour un collégien. Si la durée moyenne d’un séjour est de deux semaines, elle peut-être beaucoup plus longue. L’hébergement seul chez un professeur est le plus souvent à réserver à des lycéens voir des étudiants. Mais chaque personne étant unique, le cas par cas reste la meilleure solution. « Quant à la fréquence, poursuit Tina Munnings, l’idéal serait une fois par an, pendant deux semaines.  »

Quand partir dans l’année ?

Il n’y a pas de période idéale, là encore tout dépend de plusieurs critères, comme la destination. Pour un séjour lointain par exemple en Australie, mieux vaut partir 4 semaines, donc en été, pendant les vacances scolaires. Les écoles accueillant des étudiants pour des séjours linguistiques proposent des formules qui permettent d’arriver à n’importe quel moment de l’année et même de la semaine. Attention toutefois aux prix des billets d’avion par exemple, qui ont tendance à grimper en fonction des saisons. Il faut aussi en tenir compte.

Partir loin ou pas ?

« La Grande-Bretagne demeure la destination phare. Mais il est aussi possible de séjourner à Malte, aux États-Unis, en Nouvelle Zélande… Ces destinations offrent dépaysement, découverte d’une autre culture… Mais au niveau de l’apprentissage, il n’est pas indispensable d’aller à l’autre bout du monde pour parler anglais », précise Tina Munnings.

Les enfants viennent à Megève pour apprendre l’anglais avec des anglophones et des enfants venant du monde entier. C’est une véritable imerssion tout en restant en France.

Renseignez-vous aussi sur les villes susceptibles de vous intéresser. Pourquoi pas Londres effectivement, mais il y a aussi Canterbury, Eastbourne, Cambridge…. qui offrent des opportunités intéressantes. Au coeur ou à proximité de grandes agglomérations anglaise, en pleine campagne dans une station balnéaire… Vous avez l’embarras du choix en ce qui concerne les séjours linguistiques !

Quel budget prévoir ?

Le coût d’un séjour linguistique varie en moyenne entre 1 500 et 2 500 euros pour deux semaines pour un séjour avec cours le matin, activités l’après-midi, hébergement en famille et le transport. Il s’agit d’une fourchette. Les prix sont variables en fonction des destinations, des formules…

Avant tout engagement, pensez à vous renseigner sur les éventuels frais supplémentaires, ainsi le prix du transport entre la famille d’accueil et l’établissement dispensant les cours de langue est souvent à la charge de l’étudiant, sans oublier des frais de repas, des visites, certaines activités optionnelles et les achats plaisirs. Il est conseillé de prendre en moyenne près de 150 euros par semaine de voyage. Pour faire des économies, privilégiez des destinations moins prisées, comme Malte où la vie est bien moins chère qu’en Angleterre, bien qu’à la suite du Brexit les prix ont baissé. Malte n’est certainement pas une destination au rabais, c’est une île magnifique et son climat est un atout.

Certains organismes font payer moins chers leurs séjours linguistiques si vous réservez très tôt le séjour, ils font aussi des promotions pour les départs à la dernière minute et des tarifs pour les jeunes qui partent à deux, même s’ils ne partent pas au même endroit et ne sont de la même famille. Les ministères de l’Education et des Affaires étrangères, ainsi que des ambassades proposent quelques dispositifs d’aide. Les aides de l’Europe concernent les séjours linguistiques s’ils s’intègrent dans un cursus académique ou un parcours de formation.

Comment préparer son départ ?

Outre l’importance du choix de l’organisme, il est nécessaire d’effectuer quelques démarches administratives, notamment souscrire une assurance. Pour un séjour en Europe, l’assurance responsabilité civile est obligatoire. Pour les pays hors U.E, vous devez avoir en plus, une couverture médicale et une assurance rapatriement. Vous aurez besoin de votre carte nationale d’identité à jour pour l’U.E ou d’un passeport à jour hors de l’U.E. Il est nécessaire d’avoir un passeport individuel, même pour les mineurs.

L’obtention d’un visa peut être assez longue, comme la carte d’identité en province. Attention un passeport n’est valable que 5 ans pour un mineur. «  Ne pas oublier non plus de modifier son forfait de téléphone » insiste Tina MUNNINGS, qui précise également. « Les organisateur de séjours maîtrisent parfaitement ce sujet et sauront répondre à toutes vos questions. »

Le dernier conseil de Tina Munnings : s’y prendre le plus tôt possible pour préparer un séjour linguistique afin d’être sûr d’avoir la destination souhaitée… En s’y prenant tôt, vous aurez toutes les chances de pouvoir être accueilli dans la résidence que vous avez choisi ou bien encore de trouver des billets d’avions plus intéressants.

 

Maîtriser l’anglais est quasiment devenu indispensable ?
« Effectivement, si séjourner à l’étranger permet de découvrir d’autres cultures, d’autres horizons, de s’ouvrir aux autres et de sortir de sa zone de confiance, la maîtrise de l’anglais est primordiale tant pour poursuivre des études supérieures que pour rentrer dans la vie active et quoi de mieux qu’un séjour linguistique pour parfaire ses connaissances ? Il faut vraiment que les jeunes, quel que soit leur âge, comprennent bien qu’il ne s’agit pas uniquement d’avoir des bonnes en classe pour faire plaisir aux parents. Le moteur de recherche d’offres d’emploi « jobboard Adzuna » a étudié près de 700.000 offres diffusées sur son site en septembre 2016, afin de déterminer les langues étrangères les plus demandées par les recruteurs. Résultat du classement, l’anglais est la langue fétiche des recruteurs français. Un peu plus de 87% des offres exigeant des compétences en langues étrangères demandent de maîtriser la langue anglaise. Les annonces qui requièrent des aptitudes en langues affichent un salaire 15,7% supérieur à la moyenne nationale et 19% pour l’anglais. Plutôt motivant, non ? »

How summer camps prepare kids for college?

Sending children to summer camp does more than keep them entertained for the season – here are 10 ways it prepares them for the transition to collegiate life.

language summer camp in france

 

At age 7, I went to day summer camp and by 10 I began going to sleepaway camp. Summer after summer, I yearned for the end of school with excitement, though always with trepidation and a dash of worry as well. But the minute I opened the car door, or the bus pulled up to my camp I was at home, and that feeling never waned. Eight years after my first sleepaway camp experience, I headed off to college and that same mixture of emotions came along for the ride. Drawing on my summer camp experience, I was happy to discover, made the transition easier. Remembering the fun that superseded the fear, the compassion that outranked the chaos, and the learning that leveled the playing field helped more than any college preparatory book I could have read or any “what to know before you go to college” podcast I could have listened to (if those had existed at the time, of course !) What my camp friends and I learned stayed with us, transferred to others, and wove itself into the fabric of our being. As a camper and counselor, camp gave the informal credit I needed to prepare for college. Here at 10 things I learned at camp that helped with the transition.

Learn to accept change

This is probably the most significant lesson from camp that translates to college and then to life. Learning the only things we have control over are our attitudes, outlook, and responses is not an easy feat. Our cabins were decided before we arrived, and sometimes our friends weren’t with us or perhaps new friends left before the summer’s end. Counselors shifted each season and the new ones had very different personalities than our previous leaders. We could find these changes, be angry when they happened, and let it ruin our camp experience, or we could find a way to accept the change, experience the new and learn and grow. In college, friendships, roommates, and even majors change. Dealing with change isn’t easy but it’s fantastically necessary. As we progress in years, the changes we deal with get more difficult so our ability to accept what we can’t change must grow – and camp starts that process

Be flexible and go with the flow

You go to canteen and it’s out of Strawberry Shortcakes that day. The cabin night you were waiting for is rained out, so now your evening activity in indoors in the lodge. These things happen. Summer Camp teaches us to go with the flow. Our tongues turning blue from a new favorite popsicle, wearing pyjamas to evening program instead of wearing layers to the beach, and empathizing with a friend while focusing on having fun with new ones for the duration of camp. That flexibility is necessary in the college stage and beyond. Sometimes our choices are taken away, sometimes the aboard program is unavailable and sometimes we can’t get into that last class needed to complete our major until the following semester. Camp teaches us to let go; that the more relaxed we can be, the easier the shifts will become; and that the more flexible we are, the better it is for our health and well-being.

Embrace and learn from diversity

At some point in every camp experience, we meet people who are different from us. Showing interest in those differences makes us better people and learning from those differences widens our comfort zones and broadens our minds. Cabin and unit mates come from many backgrounds and all bring somethings different to the table. As the number of people with whom we interact increases, the amount of diversity we encounter grows. We meet people on day one of camp, and by day three we feel as if we’ve know them forever. Summer Camp facilitates meeting new people, lessens the fear in that meeting, and manages to make connecting with strangers more amazing than scary. Having that confidence in making new friends makes it much easier to do the same at freshman orientation. At camp and at school, we spend time with people and we learn their desires and struggles, likes and dislikes and upbringing and dream of what’s to come. Camp and college provide an opportunity to make those strangers become fast friends, take notice of and embrace the differences, and learn more about the world around us.

Don’t be afraid to be Yourself

We all have strengthes and weaknesses, successes and failures, likes and dislikes, dreams and aspirations, and thoughts that bring us utter peace. If all of those where the same for our bunkmates, camp would be boring. I loved swimming and arts and crafts. One of my best friends could spend her entire day at the farm, while the other two practically lived at the barn with the horses. There were those who loved the talent show, while others shied away from the spotlight. There were those who were leaders and other who were not. All of us have a safe place to grow at camp. University campuses and courses widen that playing field too, but those of us who went to camp learned at an early age that we could be ourselves and be proud of who we are. It’s those lessons we reach for in the dorm room during moments that are coupled with the fear at we might not be enough.

Everyone gets homesick

Perhaps it happened after you read a letter or e-mail from home. Perhaps is happened after visiting days. Perhaps is happened after a bad dream, or when you fell off a horse, got your first tick, or had that first bellyache at camp. At the one point or another, all of us had twinges of homesickness. But at the camp there is often a friendly shoulder, and ear to lend, or open arms for a hug that lessened the homesickness and reminded us we could get through. Homesickness happens at college, too, but at camp we learned there’s another side, another day, and always someone to help, whether it’s your roommates, a friend, a professor or an advisor. And sometimes we’re even better equipped to handle homesickness in college because we remember what it felt like at camp and how we overcame it. Feeling homesick happens to the most popular kids, the best athlete and everyone in between. Homesickness is real, but it’s manageable. I learned that lesson at camp.

Respect yourself and others

Summer camp provides us freedom we might not be used to while encouraging us to make good choices, take care of ourselves, and use good judgment. These lessons continue after we leave the grounds in August. Summer camp discourages bullying, teaches us to speak up for fellow campers and ourselves, and reminds us that although we’re away from home and school our character still counts and our actions have consequences. College life comes with privileges of freedoms, new people and new attitudes, and many of the same choices as camp. Remembering the advice of camp counselors from our youth who constantly reminded us to respect ourselves stays with us and often pops up in critical moments when we have difficult choices to make.

Share your skills and your stuff

Jill always brought the coolest clothes and stuff to camp. No one knew more about all things agricultural than Erin. Mr Bill could fix everything, and his wife made the best ices in the world (well according to us). Carolyn showed us how to make a one-match fire, and Maryanne introduced us to our favorite crumb cake recipe. Some people shared stuff, some shared knowledge, and other shared experiences and it all mattered. Those who had something to share felt good knowing they were able to help someone else. Those who benefited from the generosity felt a connection, a boost in positivity, and often a desire to continue to pay it forward. College is much the same. Sometimes it’s as simple as sharing a pizza, lending out a sweatshirt, copying class notes for a sick friend, or explaining a statistic problem a 3am to your stressed-out roommate. At the camp we borrowed clothes, lent encouragement and shared our knowledge. It was never about who had or knew the most or the best of anything: it was about those with the biggest hearts, the kindest ears, and the ability to be there. It mattered then, and it will continue to matter throughout college and the years thereafter.

Everyone has something to teach and to learn

Trish the nurse taught me to safely remove a tick. Mr Bill showed me how to chop down a tree. Laura taught us to sing our heart out, Millie taught us to cook, Adrienne showed us how to make our well-worn beaded camp bracelet, and I stayed late studying lifeguarding with Jackie. We all pitched in and we all offered up what we knew. But it was more than just tangible things, Krista taught me to deal with change, campmates taught me the magic of friendship, and hundreds of counselors taught me kindness, courage, resilience and perseverance. College was no different. We learn from our professor, our advisors, our friend, our surroundings, and often locals and strangers. Having an open mind, acknowledging that lessons come in all forms, having willingness to share what we know and showcasing the ability to listen and share. Camp introduced us to these lessons, and for that we are forever grateful.

Don’t be afraid to ask for help

The road from girls’ to boys’ camp was covered by the tree canopy and lined with shrubbery. At night, there were parts of the path where you could barely see the glow of the stars. Whenever we had events at boys’ camp, fear of that dark set in. Erin was always there with a hand to lend. If she walked in the middle of the road, anyone whose arms or hands were intertwined with hers was safe from the brush and the creatures of the night. In college, I never would have gotten through without the help of my science, and math minded friends. When the methods were confusing and laden with frustration, those friends stepped in to lend a hand. Camp taught us to not be afraid to ask for help, whether we needed a hug when we were sad, a boost to reach the top of the rope, a spot with that back-handspring, a buddy for swimming or a friend with whom to walk alone. Later in life, we were filled with the knowledge that asking for help only made us stronger, and we were often prepared to lend a hand when asked.

Face your fears

Nature’s creepy crawlies, their webs in all sorts of knobby corners at camp, and our bathrooms outside. Then there was the swim test on the first day of the season. Summer camps taught us the need to face our fears in order to conquer them, to not get swallowed up by those emotions, and to always offer to help others face their own fears. As our world grows, often so do our fears. College finds us in new spaces, with new people and new experiences. Each time we try to push past that comfort zone, there’s fear. Camp reminds us that those fears (whether failure or spiders) are normal, don’t make us any “less” and are conquerable. Jackie got back on the horse after she was thrown off. Jill got back in a canoe after she busted her foot, and I jumped off the biggest rock I’ve ever seen. We knew the future was full of unknowns, failures were bound to happen, obstacles would most certainly pop up, but we also knew all those things we had to overcome were manageable.

 

Stacey Ebert is a camper at heart who has spent more than 25 years in the camping and education industries in New York as a teacher, club advisor, counselor and aquatics director. She is a published writer, blogger, event planner, volunteer manager, and educator always in search of joy. She loves travel, spending time outside, and is an avid yogi. She has visited more than 50 of the world’s countries and met her Australian-born husband while on a trip in New-Zealand. Check out her blog at thegiftoftravel.wordpress.com

 

Que faisons-nous quand nous ne sommes pas au camp?

Nous adorons le camp, c’est l’instant où nous nous éloignons de notre «vraie vie» et nous profitons de l’été avec des enfants du monde entier. Malheureusement, nous devons ensuite retourner à notre quotidien début Septembre pour la plupart d’entre nous, alors que faisons-nous?

Eh bien, en tant que directrice du camp, mon été est consacré à l’organisation, la priorisation, le traitement de tous les problèmes et de temps en temps des moments de plaisir et de partage! Après une pause bien méritée, je travaille de nouveau pour notre école de langues en tant que responsable pédagogique, ma principale priorité étant les examens d’anglais de Cambridge Assessment English, où je suis la principale coordonnatrice et formatrice des examinateurs locaux. Je fais aussi un peu d’enseignement aux enfants dès l’âge de 5 ans jusqu’aux adultes ayant besoin d’anglais pour le travail.

Pour le reste de l’équipe, Brandon, un de nos professeurs d’anglais, travaille avec moi toute l’année et un certain nombre d’animateurs poursuivent leurs études: Maud est à Lyon en Master de droit, Sophie aux Pays-Bas en gestion des affaires internationales, Simon étudie à Genève pour devenir pharmacien, Diana termine un diplôme en langues. D’autres travaillent: Dylan enseigne l’anglais en Espagne et Jonathan enseigne le français au Pérou. Quant à Tom, il vient de passer son diplôme pour enseigner l’anglais comme langue étrangère et envisage son prochain déménagement!

Rendez-vous cet été où nous laisserons de nouveau nos «vraies vies» à la maison pour vivre de nouvelles aventures avec vous !

Article de Tina Munnings, notre directrice du camp

Dîtes-nous si vous nous avez vu?

Megève, the location for our summer camps, is a world-renowned winter ski resort and to remind vacationers that it is also a wonderful place to be in summer, we advertized on the trams in Geneva and at the airport arrivals lounge at Geneva International Airport – did you see us?

Our summer language camps are a fun way to LIVE THE LANGUAGE with interesting language workshops in the morning and great activities in the afternoon. Stay with us and enjoy the luxury of our wonderful chalet-like hotel and fun evening activities or simply come for the day and be part of our multi-cultural, multi-lingual family.

See you soon…

 

Megève, lieu de nos camps d’été, est une station de ski d’hiver de renommée mondiale et pour rappeler aux vacanciers que c’est aussi un endroit merveilleux en été, nous avons fait de la publicité sur les trams à Genève et dans le hall d’arrivée de l’aéroport international de Genève – est-ce que  avez-vous vu nos publicités?

Nos camps linguistiques d’été sont une façon amusante de VIVRE LA LANGUE avec des ateliers de langue intéressants et stimulants le matin et d’excellentes activités sportives et artistiques l’après-midi. Restez avec nous en pension complète  et profitez du luxe de notre merveilleux hôtel au style chalet avec un programme d’activités ludiques le soir ou venez simplement pour la journée et faites partie de notre famille multiculturelle et multilingue.

À bientôt…

Les séjours linguistiques en 5 questions !

Forcément, jeunes et parents ont de nombreuses questions quant à l’organisation et au déroulement d’un séjour linguistique. Voici des réponses aux principales questions que vous vous posez sûrement !

À quel âge partir ?

Si pour certains professeurs avant 14 ans la pratique de la langue n’est pas assez poussée, pour d’autres professionnels un séjour peut s’envisager plus tôt tout en étant efficace. Selon Tina Munnings, responsable d’International Language Camps, «  il est tout à possible de partir dès 7 ans. Le plus rassurant pour l’enfant comme les parents étant de partir à deux, en résidence, ce qui évite par exemple de devoir prendre les transports. »

Quelque soit l’âge la destination et surtout le choix de la formule doivent être décidés d’un commun accord, car vivre loin de sa famille n’est pas toujours simple, même pour un collégien. Si la durée moyenne d’un séjour est de deux semaines, elle peut-être beaucoup plus longue. L’hébergement seul chez un professeur est le plus souvent à réserver à des lycéens voir des2412 étudiants. Mais chaque personne étant unique, le cas par cas reste la meilleure solution. « Quant à la fréquence, poursuit Tina Munnings, l’idéal serait une fois par an, pendant deux semaines.  »

Quand partir dans l’année ?

Il n’y a pas de période idéale, là encore tout dépend de plusieurs critères, comme la destination. Pour un séjour lointain par exemple en Australie, mieux vaut partir 4 semaines, donc en été, pendant les vacances scolaires. Les écoles accueillant des étudiants pour des séjours linguistiques proposent des formules qui permettent d’arriver à n’importe quel moment de l’année et même de la semaine. Attention toutefois aux prix des billets d’avion par exemple, qui ont tendance à grimper en fonction des saisons. Il faut aussi en tenir compte.

Partir loin ou pas ?

« La Grande-Bretagne demeure la destination phare. Mais il est aussi possible de séjourner à Malte, aux États-Unis, en Nouvelle Zélande… Ces destinations offrent dépaysement, découverte d’une autre culture… Mais au niveau de l’apprentissage, il n’est pas indispensable d’aller à l’autre bout du monde pour parler anglais, votre enfant peut rester en France et vivre une vraie immersion dans nos séjours ».

Renseignez-vous aussi sur les villes susceptibles de vous intéresser. Pourquoi pas Londres effectivement, mais il y a aussi Canterbury, Eastbourne, Cambridge…. qui offrent des opportunités intéressantes. Au coeur ou à proximité de grandes agglomérations anglaise, en pleine campagne dans une station balnéaire… Vous avez l’embarras du choix en ce qui concerne les séjours linguistiques !

Quel budget prévoir ?

Le coût d’un séjour linguistique varie en moyenne entre 1 500 et 2 500 euros pour deux semaines pour un séjour avec cours le matin, activités l’après-midi, hébergement en famille et le transport. Il s’agit d’une fourchette. Les prix sont variables en fonction des destinations, des formules…

Avant tout engagement, pensez à vous renseigner sur les éventuels frais supplémentaires, ainsi le prix du transport entre la famille d’accueil et l’établissement dispensant les cours de langue est souvent à la charge de l’étudiant, sans oublier des frais de repas, des visites, certaines activités optionnelles et les achats plaisirs. Il est conseillé de prendre en moyenne près de 150 euros par semaine de voyage. Pour faire des économies, privilégiez des destinations moins prisées, comme Malte où la vie est bien moins chère qu’en Angleterre, bien qu’à la suite du Brexit les prix ont baissé. Malte n’est certainement pas une destination au rabais, c’est une île magnifique et son climat est un atout.

Sachez qu’il existe de nombreuses aides, qui permettent de financer une partie du séjour, parmi celles-ci : les comités d’entreprise et les CAF (caisses d’allocations familiales) via des bourses ou des chèques-vacances. Les villes (parfois par leur comité de jumelage), les régions, les départements, offrent aussi des subventions qui sont variables d’une collectivité à l’autre et parfois cumulables.

Certains organismes font payer moins chers leurs séjours linguistiques si vous réservez très tôt le séjour, ils font aussi des promotions pour les départs à la dernière minute et des tarifs pour les jeunes qui partent à deux, même s’ils ne partent pas au même endroit et ne sont de la même famille. Les ministères de l’Education et des Affaires étrangères, ainsi que des ambassades proposent quelques dispositifs d’aide. Les aides de l’Europe concernent les séjours linguistiques s’ils s’intègrent dans un cursus académique ou un parcours de formation.

Comment préparer son départ ?

Outre l’importance du choix de l’organisme, il est nécessaire d’effectuer quelques démarches administratives, notamment souscrire une assurance. Pour un séjour en Europe, l’assurance responsabilité civile est obligatoire. Pour les pays hors U.E, vous devez avoir en plus, une couverture médicale et une assurance rapatriement. Vous aurez besoin de votre carte nationale d’identité à jour pour l’U.E ou d’un passeport à jour hors de l’U.E. Il est nécessaire d’avoir un passeport individuel, même pour les mineurs.

L’obtention d’un visa peut être assez longue, comme la carte d’identité en province. Attention un passeport n’est valable que 5 ans pour un mineur. «  Ne pas oublier non plus de modifier son forfait de téléphone » insiste Tina, qui précise également. « Les organisateur de séjours maîtrisent parfaitement ce sujet et sauront répondre à toutes vos questions. »

Le dernier conseil de Tina Munnings : s’y prendre le plus tôt possible pour préparer un séjour linguistique afin d’être sûr d’avoir la destination souhaitée, tant au niveau du pays que de la ville. Miami, New-York… toutes ces villes sont très convoitées. En s’y prenant tôt, vous aurez toutes les chances de pouvoir être accueilli dans la résidence que vous avez choisi ou bien encore de trouver des billets d’avions plus intéressants.

Que diriez-vous à des parents et des jeunes qui hésitent encore à franchir le pas ?  « Qu’ils se rassurent, les organismes comme les nôtres ont l’habitude. Il est facile pour les parents de lire les témoignages d’autres parents et de jeunes, via les sites Internet. Grâce à Facebook les jeunes peuvent directement dialoguer avec des jeunes qui sont déjà partis et ainsi leur poser des questions auxquels nous n’aurions peut-être pas pensé ou qu’ils n’oseraient pas poser à des adultes. Lors de réunion d’information, ils peuvent aussi rencontrer les futurs participants et déjà lier connaissance avant le départ. Sur place, nous avons aussi des parrains qui accompagnent les nouveaux. »

Maîtriser l’anglais est quasiment devenu indispensable ?  « Effectivement, si séjourner à l’étranger permet de découvrir d’autres cultures, d’autres horizons, de s’ouvrir aux autres et de sortir de sa zone de confiance, la maîtrise de l’anglais est primordiale tant pour poursuivre des études supérieures que pour rentrer dans la vie active et quoi de mieux qu’un séjour linguistique pour parfaire ses connaissances ? Il faut vraiment que les jeunes, quel que soit leur âge, comprennent bien qu’il ne s’agit pas uniquement d’avoir des bonnes en classe pour faire plaisir aux parents. Le moteur de recherche d’offres d’emploi « jobboard Adzuna » a étudié près de 700.000 offres diffusées sur son site en septembre 2016, afin de déterminer les langues étrangères les plus demandées par les recruteurs. Résultat du classement, l’anglais est la langue fétiche des recruteurs français. Un peu plus de 87% des offres exigeant des compétences en langues étrangères demandent de maîtriser la langue anglaise. Les annonces qui requièrent des aptitudes en langues affichent un salaire 15,7% supérieur à la moyenne nationale et 19% pour l’anglais. Plutôt motivant, non ? »